LES CONVERS(AT)IONS (2016)

LES CONVERS(AT)IONS regroupe deux corpus d'oeuvre : les portraits-mémos et les 5 dialogues, qui questionnent l’art et ses références, l’origine des idées et les concepts d’autenticité, d’autorité et d’identité.

 

PORTRAITS-MÉMOS

C’est une collection de mémos que j’accumule depuis l’année 2000 qui m’a engagée dans une réflexion sur la valeur du manuscrit. En 2017, rares sont les occasions où l’on écrit à la main pour communiquer. Le texte échangé n’est souvent que contenu : les polices sont standardisées, l’encre ne traverse plus le papier. Je dénombre 400 mémos de différentes factures et formats. À partir de cet ensemble, j’ai sélectionné 17 artistes, j’ai récupéré leur photo de profil Facebook et pour chacun d’eux, j’ai tiré une palette à partir des couleurs des papiers, lignes et écritures de leurs mémos respectifs, pour en faire un portrait à l’aquarelle. Ces portraits ont ensuite été montés dans un encadrement, réunissant les mémos, la palette et le portrait.

5 DIALOGUES

Une première intervention dans l'espace constitue le point de départ du projet : retenus en serre entre deux cimaises sont suspendus des livres. Cette sélection de 10 textes ont accompagné ma production des dernières années.

En atelier, je tiens toujours un carnet de recherche, où je collige réflexions et réactions qui proviennent de mes lectures. Ces références, je les commentes et avec le recul, il m’est apparu une sorte de dialogue que j’entretenais avec les auteurs. Des liens se sont aussi tissés entre ceux-ci. J’ai alors rédigé cinq dialogues, qui parlent de l’origine des idées et de la pensée, de l’identitié et du portrait, qui parlent du faire, de la transmission des connaissances et de la production de l’art.

Je souhaitais mettre en espace ces dialogues, de façon à ce qu’ils deviennent sculpturaux.

J’ai d’abord tapé les dialogues à la machine à écrire, à partir d’un papier carbone, en laissant passer les erreurs et coquilles. Les textes sont lisibles et ils avaient déjà une valeur plastique; mais je souhaitais aller plus loin réfléchissant leur spatialité. La mise en scène visuelle de chacun de 5 dialogues a été réfléchi individuellement, dans son lien avec le contenu lui-même.

Lors de la présentation du premier état des 5 dialogues lors de l’exposition Les Convers(at)ions au Centre Sagamie (les oeuvres, depuis, ont été revisités lors de leur présentation à Gatineau, à la Galerie UQO), j’ai travaillé avec 2 comédiens-performeurs, Maude Cournoyer et Guillaume Ouellet, afin de rendre les textes vivants lors de l’ouverture de l’exposition. Cinq courtes scènes mettent en relief les cinq dialogues que j’ai écrit lors de la réalisation du projet. Ces dialogues deviennent des objets dans l’espace: ils sont à la fois des oeuvres dans un lieu d’exposition et des objets dans un espace scénographique.

 

 

Free Joomla Lightbox Gallery